Andorre se présente au monde comme une alternative sérieuse, transparente et attractive qui veut être un référent en Europe.

Le changement du model économique traditionnel

Traditionnellement Andorre était un des pays les plus restrictives vers l’inversion étrangère, mais le contexte de crise en Europe a produit un changement significatif du model économique, qui s’est adapté à l’environnement international, et qui homologue son système fiscal en utilisant la transparence et le cadre dans l’Europe.

Quelles sont les étapes que Andorre a suivi pour son adaptation internationale?

En 2009 Andorre a signé 21 accords d’échange d’information fiscal et a adopter le nouveau système fiscal fondé sur une fiscalité général directe, pour non-résidents, sociétés et entrepreneurs (premier année d’application 2012).

En 2013 s’est implémenté aussi un système de fiscalité indirecte et il reste en suspens l’approbation d’une réforme du revenu des personnes physiques. Il est aussi importante la signature avec France de l’accord pour éviter la double imposition et les négociations avec Espagne et Portugal.

Quelle procédure d’ouverture a utilisé le pays?

En 2012 on est adopté une nouveau loi qui libéralise le 100% des inversions extérieurs pour tous les secteurs moyennant une procédure préalable d’approbation. Avec cette loi on veut renforcer les secteurs traditionnels et promouvoir des secteurs considérés clefs : nouveaux technologies, santé et bienêtre et formation et éducation.

Cette procédure d’ouverture a conduit a l’élaboration d’une réforme du model d’immigration qui rend plus faciles les formalités aux nouveaux investisseurs et qui crée diverses variétés de résidences non- lucratives.

Pourquoi Andorra?

Andorra est un pays prospère et cosmopolite. En Europe, son PIB par habitant est seulement par-dessous Luxemburg, Suisse et Allemagne et il est situé par dessus la moyenne européenne. L’environnement d’affaires qui offre Andorre est très compétitif et le pays a un accord d’union douanière avec l’UE pour les produits industriels. Les ratios de solvabilité et liquidité sont unes des plus hautes dans l’Europe.

Malgré la modification fiscale, le pays a conservé des traits différentiels qui font qu’Andorre soit un centre stratégique à niveau international : une fiscalité directe qui n’est pas supérieur au 10% pour entreprises et particuliers et une fiscalité indirecte avec un taux général du 4,5%. Ces deux mesures sont très positives pour le développement des initiatives patronaux et la consommation privée.